Les utopies de Paul-Henri en quarantaine

11 janvier 2000

Qui ne tente rien n'a rien.

Ban_des_vendanges__12_01




Ce type, c'est de l'amour en bouteille.

Posté par poluxtrip à 10:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


10 janvier 2000

C'est avec les autres que l'on apprend mais c'est seul que l'on comprend.

P1011437




Samedi j'ai bu. Dans quel but? ( Réponse) Aucun. Trouver des prétextes d'adultes, genre: " Très cher, mettons-nous un petit coup dans le nez avant la rentrée.." ou encore "Oui, tu comprends, j'enterre ma vie de couple". Putain, j'ai bu, j'ai cru que j'allais crever. Tout est passé: vodka, rosé, alcool croate, clope, teu, et je ne sais quelle autre merde. Vouloir atteindre le pays des merveilles (Alice) mais sans le lapin blanc ça ne marche pas ma puce. Résultat des courses, soupe de langues, vêtements pourris, mal de crâne, gerbe, gerbe et re gerbe. Il a raison, apprendre à être seule..

" Elles ne sont vraiment pas belles les personnes qui ont raison." C.Cros 1842-1888

Posté par poluxtrip à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2000

Il est grand temps de rallumer les étoiles.

Copie_de_crotte0197

Il aura marqué un bon bout de l'adolescence.

Moi, c'est Mathilde. Le soir avant de m'endormir j'écoute sa voix à la radio. C'est mon meilleur ami. Enfin, je crois. C'est pour moi la personne la plus intelligente que je connaisse. Il a réussi sa vie, même s'il ne le sait pas. Je voudrais pouvoir tout raconter. Mais les mots sont tellement imprévisibles. Vous pensez les avoir et ils vous filent entre les doigts. Les mots sont de l'eau. Tout a commencé ou s'est terminé à la fin d'un cours de langue. L'anglais. Je déteste l'anglais. C'était jeudi (j'crois), il pleuvait. A la sortie, il était beau. Comme tous c'est hommes cruels qui ne le savent pas. Il était beau. Il fumait. Il fume beaucoup, il aime ça. Et, ça rajoute un plus. Charismatique et en surface mystérieux. Le truc qui les fait toutes craquer. Ce jeudi, donc, 11 heures du matin, gris-humide, je lui ai dit sans aucune raisons valables que c'était terminé. Alors ça pleure... Il y aura un après, oui. Mais il sera moche. On ne peut pas tout résumer mais on s'efforce d'y arriver, en connaissant le résultat. En bref, il n'y a rien de pire que de quitter quelqu'un qu'on aime encore. Heureusement, il y a Louise. Ma préférée mais en secret. Personne ne l'aime où plutôt tout le monde s'en fout. Elle est différente mais par jalousie, les autres disent qu'elle est insignifiante. De la bande mais en public n'en fait pas partie. Louise comme prénom c'est beau et fort, pas comme Mathilde, moi je trouve ça tellement commun. Le prénom qui te met dans le moule. Le prénom qu'on oublie. Rien à voir avec la fille sur laquelle tu te retournes dans la rue et qui toute la journée occupe tes pensées. Passons. Le père de Louise fume de la beu, sa mère n'a pas la vie dont elle rêvé. Le soir dans son bain, on boit du Merlot, cuvée 2001, elle dit que c'est la meilleure et, on fume un joint. La lumière est feutrée, bougie, folk en son oblige, Philippe M. et dégoulis de " celle-ci est trop grosse, lui est bandant, elle, c'est trop un salope..." Et j'en passe.

Chronique d'une vie banale.

Posté par poluxtrip à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2000

Les hommes sont le roturiers du mensonge, les femmes en sont l'aristocratie.

P1010994






Putain les temps changent...

Fleur préférée, l'arôme, comme sa maman. Ben a dit:
- Réussir son bac
- Réussir sa vie
- Réussir ses amours
On my shoulders, enfin grâce à Toi.
"Il serait d'une mauvaise foi totale, un manipulateur d'opinion de première, trop affectueux" pour l'avouer et pour les caresses à celle qui faut.

[ Melle S - Léon ]

J'attend que Monsieur daigne me combler d'un regard. Ca me changerais des beignes et des oeils aux beurre noir. Moi qui t'ai tout donné, sacrifié ma jeunesse, me reste le passé pour voilée ma détresse.
Pourtant Léon, je t'aime encore, quoi que tu fasses, fais moi un signe et je m'efface. Mais c'est comme-ci je n'existe plus, pourtant y a 20 ans je t'ai plu. Tu dis qu'aujourd'hui je t'agaces, qu'au près de toi, j'ai plus ma place.
Je t'aime encore quoi que tu fasses. Je t'aime Léon, Léon je t'aime. Tes poèmes sont dans mon sac, j'ai tout gardé, ils ne me quittent jamais.
Mais où tu vas Léon?

Vice est underground, lu dans un article découpé de I. Les moments les plus simple qui sur l'instant ne paraissent pas exceptionnels, par  suite marque le plus.
Les sites internet s'acharnent sur le bonhomme.
Paul aime Louise.
Paris Combo - Living room
Sarko pète
Cécilia secoue les draps.

***

Posté par poluxtrip à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2000

Qui vole un oeuf vole un boeuf

P1011309





Tes erreurs, mes jugements
Mes jurons, tes errements
Et après ?
Après, on rêve d’avant.

Rien de secret, tout se perd
De quoi avons nous l’air 
A l’heure de l’inventaire
De quoi avons nous l’air

Tenter plus pour trois fois rien
Trop de mal pour un bien au bout du compte
Amour, tu m’aimes combien ?

Rien de secret, tout se perd
De quoi avons nous l’air 
A l’heure de l’inventaire
De quoi avons nous l’air


Huit ans à t’aimer, c’était un jeudi
La Terminale B, pas une lettre depuis
Neuf je sais plus bien je vais mentir
Je ne trouve plus rien de neuf à te dire

Que te reste-t-il de moi ?
Mieux vaut en rester là.
Mais dis moi,
Est ce que je compte pour toi ?

Posté par poluxtrip à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 janvier 2000

Pierre qui roule n'amasse pas mousse

P1011382



Ni déesse, ni diablesse, ni faible, ni potiche, être folle, un bébé, un je t'aime, ne pas aimer ouvrir les poubelle, suzanne envoie une carte, perdre un homme, un enfant, être heureuse, amoureux, tout les côtés positifs du couple, il aime le lait comme elle et fume et baise autant, vous devez tous nous écoutez ce soir, il est finit le temps où nous étions libre, la liberté des femmes, vivre à l'époque de nos parents, la laine c'est pour toi, hold, tu penses in, dans le off, piscine du matin, vaguement les autres, délicieux mois de mars, hop là, fils père, ça roule, une poule aux oeufs d'or, je t'aime encore, réveil, il est trop fatigué, la grossesse est éphémère, je vais avoir un petit toi, désavantager une fille dès son arrivée, prendre le taureau par les cornes, jean reno vote sarko, un gros bouh, comme johnny, la suisse, elle rote, elle pète, trop d'air dans le corps, regarder le combat, j'aime bien quand il saigne, bouh, un coup sur le bidou, pas d'attirance, t'as vu il danse autour, elle a peur et son regard est triste, les gens s'enfoutent des gens heureux, ça ne le interressent pas, ça les rassure, je suis le plus fort, j'aimerai que quelqu'un d'autre s'occupe de ce gars, t'écris ce qui dit enfaite, un peu comme moi, aidez-moi, oh c'est mignon.

Posté par poluxtrip à 05:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 janvier 2000

Avant d'admettre l'absurde, on épuise toute les solutions.

1701195

Posté par poluxtrip à 04:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2000

Longueur et patiente de temps font mieux que force et que rage

P1011084

Sliwka, Léo





             
Planète        Entrenoeud           Irène                   
Holliday                Bonheur                  
Casquette                                Agathe         Swann                

J'adore   
Bandana               Chinois                    Road Trip                Alarme                 Signe                   Baobab Thé             Miroir                   Mot                  Amoureux             Coeur    Allumette             Attendre                                                   Léon         Vincent                Psychose              Woody Allen
Overdose             Haddocks              Petit   
Manifeste            
Vice                      Bière
Pwet                   Electrique              Doute

Posté par poluxtrip à 03:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2000

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

200202503_001

Posté par poluxtrip à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2000

La jarre peut-elle être plus belle que l'eau ?

P.E  ( à méditer)

Une histoire.

     Il était une fois dans le pays de Brabbit-White, un peuple de Lapin Blanc, qui s'appelaient tous "Lapin Blanc" parce qu'ils étaient tous né de race "lapin" et se trouvaient tous être de couleur "blanche". Dans ce peuple régnait une atmosphère douce et chaleureuse car bien entendu tout le monde s'aimait et tout le monde s'entendait bien ( = factice). Ils mangeaient tous des carottes-sont-cuites et rebondissaient tous dans des champs et pondaient des petites crottes perdues et dormaient dans des terriers-pour-lapin-blanc.
Peut-être que certains, dans le fond, se détestaient. Peut-être que certains, dans le fond, avaient un penchant homosexuel. Peut-être que certains, dans le fond, avaient des envies de pouvoir et de sang. Toujours est-il que l'histoire ne nous le dira jamais. Car, les Lapins Blanc, fermaient constamment leur gueule, gardaient le sourire au pompon et s'entre kiffaient.

Or, ( arrive l'élément perturbateur  chamboulant la situation initiale de l'histoire. Cela entrainera une transformation du récit nous télé portant aux évènements.) -donc-
     Or un matin, une Petit Lapin Blanc après avoir fini sa carotte-sont-cuites fut attiré par le mouvement anormal d'un buisson (à sa gauche). Le Petit Lapin Blanc ( curieux, fougueux, innocent, inconscient de la vie et du monde extérieur = en bas âge, <2<7 ans) bondit, bondit, bondit jusqu'au fameux buisson. Là, énorme surprise!!! ( Attention, création du suspens chez le lecteur) Un gros Canard à Col-vert et aux pattes jaunes palmés se tenait droit et fier devant Lui. Devant une telle nouveauté, le Petit Lapin Blanc resta bouche bée et incapable de bouger. Comment une chose aussi bizarre soit-elle pouvait exister? Pas de poil blanc, pas d'oreille blanche, pas de nez rose, ni moustache et encore moins de pompon...

        - "Viens jouer avec moi Chose à poil blanche. Tiens voilà une carotte-sont-cuites je sais que vous Chose à poil blanche aimé ça."

( Un peu surpris par le fait que le canard à Col-vert et pattes jaunes palmés parle sa langue de Brabbit-White et qu'il soit gentil, le Petit Lapin Blanc, influençable et débile se jeta sur la carotte-sont-cuite).

[Puis, ils jouèrent durant une nuit, ce fut fougueux, ils sautèrent tels des bêtes enragés, ils se roulèrent tels deux corps en feu et en ressortirent tous chamboulés...]*

L'un avait vomi la carotte-sont-cuites (oui trop de carotte-sont-cuites entraine le vomissement chez les Lapins Blancs) et pendant ce temps, l'autre s'était endormi et avait rêvé d'amour et d'eau fraiche, de lapin blanc et de caresses. Se rendant compte de son retard (oui, à Brabbit-White, les règles sont strictes, pas de sorties, pas de conneries, pas de filles en string, pas de sexe aussi). Le Petit Lapin Blanc bondit, bondit, bondit et arriva chez Lui. ( Quant au canard à Col-vert et à pattes jaunes palmés, il s'envola vers une autre contrée).
Arrivé chez lui, le Petit Blanc Lapin ressentait un certains malaise a avoir enfreint les règles de Brabbit-White. Malgré les grands sourires de ses proches, les carottes-sont-cuites, les blagues la-pines et j'en passe, derrière son pompon blanc, Petit Lapin Blanc entendait les murmures...

-" Ils nous a trompé, il l'a fait et il nie, ils nous a trompé, il l'a fait et il nie, ils nous a trompé, il l'a fait et il nie, le Canard a parlé, le Canard nous l'a dit."

Pauvre Petit Lapin Blanc, il nia, il nia, il nia mais rien à faire, croire la faute est toujours plus attrayant.. Il partit de Brabbit-White le coeur lourd au début mais après réflexion, le coeur léger. Il en tira une leçon: " Plus tu t'enfonces dans la masse, plus tu écoutes ce qui ce murmure, plus tu te perds dans l'innocence et la bêtise." Il créa donc "L'association des Lapins Bleus", ceux s'écoutant avant d'écouter les autres, ceux qui croque la carotte-sont-cuites non pas pour la cracher mais pour en découvrir toute sa saveur cachée.
Tristes les polichinelles sont, heureux les opprimés.
Pardonnez ces braves gens,  braves Lapins  Blancs, ils ne savent pas ce qu'ils sont.

-Ah Bien!! As-tu l'heure?
- ...
- Ok, salut!




    

Posté par poluxtrip à 01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]